La sémiotique du design / Semiotica del design

Beyaert-Geslin, A., Basso, P., et Festi, G., Presses Universitaires de France (fr) / ETS (ita), 2012 (fr) / 2017 (ita)

Sujets : Sémiotique / Design / Sémiotique visuelle

Cet ouvrage étudie la signification des meubles et s’attache spécialement à la chaise. Pour cela, il explore les catégories d’objets. En quoi la présence d’une chaise diffère-t-elle de celle d’une sculpture ? En quoi la chaise se distingue-t-elle d’un autre siège ? Comment les scènes domestiques s’organisent-elles dans la maison ? Quel supplément de sens le designer confère-t-il à l’objet de design ? En déclinant ces diverses facettes des objets, l’ouvrage dévoile une à une les contraintes du designer en même temps qu’il situe les points d’appui de la créativité. Pour caractériser la chaise, on mobilise ici des notions fondamentales de la sémiotique, telles la présence, la valeur et la factitivité afin de concevoir la relation qu’entretiennent les corps et les objets et de saisir quelques ressorts essentiels de la créativité. Sortie de la familiarité qui nous empêchait de la voir, la chaise rendue à la signification offre ainsi quelques précieux prolégomènes à une sémiotique du design.

La notion de paradigme dans les sciences du langage

Pierluigi Basso Fossali et Marion Colas-Blaise (dir.), Signata, 8, 2017

Ce numéro thématique tenter de renouveler la notion de « paradigme » : d’une part, celle-ci est au centre de certaines élaborations théoriques (Systemic Functional Linguistics), de l’autre, elle a été marginalisée et utilisée seulement sur le plan didactique ; elle perd alors son caractère explicatif majeur, aussi bien sur le plan de l’organisation des langages que sur le plan de la description des discours.

Ce numéro est couplé avec le Séminaire de l’équipe LanDES, ENS de Lyon, septembre 2014 – juin 2015.

En savoir plus : numéro intégralement disponible en accès libre sur le site Web de la revue

Recherches en linguistique et en didactique : apports de l’analyse des corpus et des interactions

Sandra Teston-Bonnard, Nathalie Blanc, Isabel Colón de Carvajal et Vassiliki Markaki (dir.), Lambert-Lucas, 2017

Les contributions rassemblées dans ce volume dressent le bilan des recherches en linguistique et en didactique menées depuis une trentaine d’années, au sein du Groupe de recherche sur les interactions conversationnelles (GRIC) d’abord, qui a fusionné ensuite avec la FRE (formation de recherche en évolution) CORPUS, deux structures devenues en 2003 le laboratoire ICAR. Elles soulignent et analysent les grandes évolutions qui ont peu à peu infléchi les objets, les méthodologies et les pratiques de recherche et proposent un état des lieux, partiel mais historicisé, des grands changements survenus dans les champs de la linguistique et de la didactique.

Les contributeurs sollicités pour cet ouvrage sont des chercheurs et enseignants-chercheurs reconnus pour le rôle qu’ils ont joué dans le développement de la linguistique et de la didactique en France et à l’étranger. Leurs travaux sont menés dans des cadres théoriques variés (analyse conversationnelle, analyse du discours, théories de l’argumentation, changement linguistique et grammaticalisation, approches didactiques) et portent sur des données orales et écrites de différents types mais toujours authentiques et attestées. Ils exploitent et alimentent de grandes bases de données de renommée internationale diffusées par le laboratoire ICAR (bases CLAPI, VISA, BFM, PRESTO).
Par la variété de leurs approches, leur complémentarité et leur interdisciplinarité, les analyses et témoignages présentés ici illustrent et reflètent la vitalité d’un domaine de recherche en développement continu et en constante évolution. L’ouvrage comprend cinq parties : (1) Développement et usages des corpus écrits pour la recherche linguistique, (2) Interactions didactiques pour la recherche et la formation des enseignants, (3) Interactions et multi-modalité : de l’éthologie à la conversation située, (4) Pragmatique et linguistique interactionnelle, (5) Outils et méthodologies d’analyse de l’argumentation.

 

 

Du quantitatif au qualitatif en diachronie : prépositions françaises

P. Blumenthal & D. Vigier (éds), Langages, n° 206, A. Colin, 2017

 

Cette revue illustre les axes fondamentaux de la réflexion contemporaine et chaque numéro est soumis à l’expertise de deux relecteurs anonymes spécialistes de la thématique, l’un en France, l’autre à l’étranger. Les différentes langues, mais aussi tout système signifiant, dans son organisation interne comme dans ses actualisations, sont étudiés.

 

En savoir plus : sommaire disponible sur le site Web de l’éditeur

La formation professionnelle initiale. Apprendre dans l’alternance entre différents contextes

Laurent Veillard, Presses Universitaires de Rennes, 2017

 

Ce livre, qui s’adresse tout autant aux chercheurs qu’aux formateurs, propose une synthèse de nombreux travaux sur la formation professionnelle initiale. Il montre notamment que l’alternance entre différents contextes d’apprentissage s’est beaucoup développée depuis quelques années. Mais cette alternance pose de nouveaux problèmes qu’il convient de mieux cerner si l’on veut que les apprenants puissent bénéficier au mieux des parcours d’apprentissage complexes qui leur sont proposés.

 

Ouvrage publié avec le soutien du Labex ASLAN.

Pour une lecture linguistique et critique des médias. Empathie, éthique, point(s) de vue

Alain Rabatel, Éditions Lambert-Lucas, 2017

Cet ouvrage propose une lecture linguistique « engagée mais non enragée » (Hannah Arendt) des médias, à la lumière des idéaux démocratiques qu’ils devraient servir. Il s’appuie sur l’analyse des points de vue, afin de rendre compte de la subjectivité des discours, y compris lorsqu’ils semblent le plus objectifs. Il analyse leur confrontation dans un cadre polyphonique, dialogique et empathique, afin de dégager les stratégies par lesquelles les médias entrent (ou non) en dialogue avec les sources et les acteurs des évènements, mesurent la relativité des opinions, des faits et des savoirs, aident à penser la complexité et le bien commun, sans verser dans le relativisme. Il revient sur la dimension éthique des discours des médias, au-delà du respect de la déontologie. Enfin, il propose une étude renouvelée des postures des journalistes ainsi que des phénomènes de prise en charge et de responsabilité énonciatives.
De nombreuses études de cas – interviews, enquêtes, reportages, portraits, hyperstructures – analysent les mécanismes et effets du rewriting des dépêches d’agence, du fact-checking, de l’implicite, du persiflage, des caricatures, des phénomènes d’invisibilité et de naturalisation. Elles renouvellent les problématiques touchant aux relations entre médias et critique des médias, à la place des émotions dans les représentations, aux nouvelles formes de citation, de montage et à leur fonction de preuve.

Les débats de l’entre-deux-tours des élections présidentielles françaises. Constantes et évolutions d’un genre

Catherine Kerbrat-Orecchioni, l’Harmattan, 2017

 

 

Au sein de la grande famille des débats politico-médiatiques, ceux où s’affrontent, à la veille du deuxième tour des élections présidentielles, les deux finalistes du premier tour, occupent une place privilégiée de par l’importance de leur enjeu et de leur audience. Cet ouvrage consacre une étude spécifique à ces débats, à partir de l’examen minutieux des six débats constitutifs du corpus (de celui de 1974 à celui de 2012), grâce notamment à l’étude de leurs principales caractéristiques (scénographie, procédés rhétoriques, stratégies argumentatives, etc…).

 

Enseigner l’oral en ligne – une approche multimodale, sous la direction de Nicolas Guichon et Marion Tellier

Enseigner l’oral en ligne – une approche multimodale, sous la direction de Nicolas Guichon et Marion Tellier, éditions Didier, 304 pages, ISBN: 9782278087334

Les technologies numériques offrant de nouvelles modalités d’enseignement de l’oral, cet ouvrage, qui a réuni un collectif de chercheurs autour d’un même corpus d’interactions pédagogiques conduites par le biais de la visioconférence, a un double objectif : comprendre le fonctionnement de cette situation didactique encore mal connue pour en révéler les spécifi cités et déduire les compétences que doivent développer les enseignants de langue pour enseigner dans cette confi guration.
Les auteurs revendiquent une approche multimodale des interactions en examinant toutes les ressources sémiotiques dont disposent un enseignant en ligne (gestes, images, clavardage, prosodie…) et comment celles-ci s’orchestrent. Comprendre les interactions pédagogiques requiert de porter un regard minutieux sur leur texture particulière avec les entrées méthodologiques que permet l’approche multimodale.

Site « compagnon » : http://www.icar.cnrs.fr/sites/projet-ismael/

Luca Greco et Véronique Traverso (eds). (2016). Définir les mots dans l’interaction : un essai de sémantique interactionnelle

Luca Greco et Véronique Traverso (eds). (2016). Définir les mots dans
l’interaction : un essai de sémantique interactionnelle. Langages

Parution : décembre 2016
EAN : 9782200930424
Editeur : Armand Colin
Pagination : 160 pages

http://www.revues.armand-colin.com/lettres-langues/langages/langages-ndeg-204-42016

Sarda L., Vigier D., Combettes, B. (2016), Connexion et indexation. Ces liens qui tissent le texte

Sarda L., Vigier D., Combettes, B. (2016), Connexion et indexation. Ces liens qui tissent le texte, collection Langages, Lyon : ENS éditions.

Cet ouvrage regroupe un ensemble de contributions scientifiques destinées à éclairer divers aspects des recherches menées en France durant ces quarante dernières années autour de la cohésion et de la cohérence des textes. Les auteurs réunis dans ce volume ont ainsi souhaité rendre hommage à leur collègue et ami le professeur Michel Charolles, dont les nombreux travaux constituent un apport majeur au développement de la linguistique textuelle en France. Un accent particulier y est mis sur sa vision renouvelée des marqueurs de cohésion discursive, à la suite de ses travaux sur « l’encadrement du discours » (1997). Ces marqueurs qui guident l’interprétant dans l’accès à la cohérence du discours se regrouperaient en deux grandes familles : les marqueurs de connexion d’une part, d’indexation d’autre part. Les premiers, qui réunissent les marqueurs de continuité référentielle (anaphores) et les marqueurs de relations entre les contenus propositionnels et/ou les actes de langage (connecteurs), permettent d’établir des liens de cohésion discursive avec le cotexte amont. Les seconds, projectifs, exercent leur portée vers le cotexte aval et permettent au locuteur d’indexer des segments textuels potentiellement étendus au sein d’unités sémantico-pragmatiques que Michel Charolles a proposé de nommer « cadres de discours ».

http://catalogue-editions.ens-lyon.fr/fr/livre/?GCOI=29021100648970 

Véronique Traverso. Décrire le français parlé en interaction

Véronique Traverso. Décrire le français parlé en interaction . Éditions Ophrys, pp.198, 2016, Catherine Fuchs, 9782708014602. <halshs-01316369>

Cet ouvrage constitue la toute première synthèse consacrée aux caractéristiques du français parlé en interaction. En accordant une place importante aux dimensions multimodales de l’interaction, il permet de comprendre comment la langue s’intègre, avec d’autres ressources (gestes, postures, regards, mouvements, déplacements dans l’espace, utilisation d’objets), dans des configurations séquentielles multimodales.

Au fil des pages, le lecteur découvrira que la description du français parlé en interaction implique de considérer non seulement les formes orales de la langue et la temporalité inhérente au discours, mais aussi les spécificités des productions co-construites séquentiellement par plusieurs participants. Il verra également comment tenir compte du caractère situé de la parole en interaction, c’est-à-dire des situations sociales dans lesquelles les participants se trouvent engagés comme acteurs. Il apprendra enfin à considérer au même titre, dans l’étude des configurations multimodales, les formes linguistiques standard, routinières ou sédimentées, et les bricolages incessants auxquels se livrent les locuteurs en fonction des nécessités interactionnelles.

L’ouvrage comporte de nombreux exemples d’analyses minutieuses (fondées sur des extraits d’interactions naturelles, audio- ou vidéo-enregistrées dans des situations sociales variées), qui explorent le détail des pratiques des locuteurs.

http://www.ophrys.fr/fr/catalogue-detail/2214/decrire-le-francais-parle-en-interaction.html