Deuxième séance du séminaire ADATIC (10/10/2019)

La deuxième séance de l’édition 2019-2020 du séminaire ADATIC : Apprentissage, Didactique, Autonomie, Technologie de l’Information et de Communication aura pour invité Jorge Falcao, professeur au Departamento de Psicologia – CCHLA, Grupo de Estudos e Pesquisas sobre o Trabalho (GEPET) – Université Fédérale du Rio Grande do Norte – UFRN (Natal-RN/Brésil).

Intitulé de l’intervention : Pour une psychologie du travail au-delà d’elle-même : l’activité comme unité d’analyse

Résumé : les psychologies du travail à travers le monde souffrent souvent de la critique d’un utilitarisme dépourvu d’un encadrement théorique qui pourrait non seulement mettre en valeur les données issues de la recherche, mais aussi donner un sens unitaire et cohérent aux divers phénomènes envisagés – à commencer par la productivité au travail (et son rapport avec l’idée cruciale de métier bien fait). Pour ces critiques, la psychologie du travail ne dépasserait pas la condition d’une psychologie techniciste, au service des intérêts immédiats de l’appareil productif local ou global – une psychologie sans âme, sans contributions aux grands débats d’idées en psychologie.

L’approche clinique de l’activité qui s’est développée en France à partir des contributions de l’ergonomie (Alain Wisner, Yves Schwartz) de la psychopathologie du travail (Le Guillant), du développement théorique du concept de santé proposé par Georges Canguillhem, a contribué pour la construction d’une psychologie du travail qui prend au sérieux la recommandation d’Yves Clot, selon laquelle une psychologie du travail ne peut pas être déconnectée de la psychologie tout entière. La Clinique de l’Activité qui s’est développée en France, sous le leadership d’Yves Clot au CNAM-Paris, a trouvé un terrain fertile au Brésil, notamment dans l’étude du travail précaire. Le Brésil vit, aujourd’hui, une augmentation systémique de la précarisation des conditions de vie, dont la qualité de vie au travail soufre beaucoup. Quelques cas brésiliens emblématiques de précarisation et souffrance au travail seront présentés pour le débat concernant quelques principes théoriques qui dépassent la psychologie du travail elle-même.

La séance est organisée jeudi 10 octobre 2019, de 17h00 à 20h, en salle Ennat Léger de la MSH LSE (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Contact : Jean-Claude Régnier