Ma guerre 1914-1918 (Charles Bruneau ; préfaces de M. Tamine, N. Beaupré et M. Quignard, Éditions Terres Ardennaises et Institut Charles Bruneau, 2022)

En 1969, disparaissait Charles Bruneau, à l’âge de 86 ans. Certains connaissent le grammairien, d’autres l’historien de la langue, disciple de Ferdinand Brunot, d’autres encore le dialectologue qui s’enquit d’enregistrer, de transcrire puis de délimiter les parlers régionaux de l’Est de la France.

Il y a un peu plus de cent ans,  le 7 mars 1919,  le soldat première classe Charles Bruneau, téléphoniste du 132e RI, quittait son régiment à Vitry-le-François après quatre années de guerre pour recouvrer la vie civile. Dans le mois qui suivit, notre homme partit chercher les lettres qu’il avait envoyées durant cette « expérience de vie », à la recherche des traces directes et sincères de sa pensée, afin de les protéger contre les discours convenus d’une légende en train de se construire.

De ces 600 lettres et de son « journal », Charles Bruneau fit un ouvrage éclectique, intitulé Ma guerre 1914-1918, composé d’extraits de ses écrits de guerre, qui, une fois classés, datés et situés par l’auteur, nous livre en filigrane le témoignage de ce qui fut « sa » guerre.

Sa première édition, publiée aujourd’hui, est l’aboutissement d’un chantier coordonné par Matthieu Quignard, arrière-petit-fils de Charles Bruneau.

En savoir plus : consulter le site Web de l’éditeur