Actualités InSitu

Séminaires InSitu

Pentti HADDINGTON, professeur à l’Université de Oulu (Finlande) présentera une conférence intitulée «Managing multiple activities in and through talk and interaction ».

Résumé:

Conversation analysis has recently begun to explore the ways in which interactants coordinate and accomplish the progression of two or more activities simultaneously (Mondada 2011, 2012, 2014; Haddington et al. 2014). In the talk, I will first give a general introduction to this recent research on ‘multiactivity’ and tie it to the key question in conversation analysis concerning the ordering of actions in sequences (e.g. “why that now”, sequential progressivity and sequential implicativeness [Schegloff 2007]).

The talk is divided into three parts. The first part focuses on interactional practices used to coordinate multiple simultaneous activities. I will give examples of ‘suspensions’ (Keisanen et al. 2014), which stop an on-going activity for the benefit of another, and ‘accounts’, which verbalise an interactant’s involvement in multiple activities and the preference, decision or inability to progress an activity (Vatanen and Haddington, in preparation). The second part of the talk focuses on the interactional coordination of two activities. I will give examples of how participants time and coordinate two simultaneous activities with respect to each other (Haddington, 2018) and how they can coordinate their on-going activity carefully with respect to an imminent new activity and thereby prepare for a transition to the activity (Kamunen and Haddington, in preparation). The final part of the talk focuses on interactional resources and analyses how people allocate different resources (e.g. verbal and embodied) to separate activities to manage them simultaneously (e.g. Haddington and Rauniomaa, 2011). The materials come from video-recorded naturally occurring interactions families, workplaces and at homes. The languages in the data are Finnish and English. The presented research builds on research done in the project iTask: Linguistic and embodied features of interactional multitasking. The research has been done in collaboration with colleagues in the project.

References

Haddington, P. (in press). Leave-taking as multiactivity: Coordinating conversational closings with driving in cars. Language and Communication.

Haddington, P. and Rauniomaa, M. (2011). Technologies, multitasking and driving: Attending to and preparing for a mobile phone conversation in the car. Human Communication Research 37: 223-254.

Haddington, P., Keisanen, T., Mondada, L. and Nevile, M. (2014). Towards multiactivity as a social and interactional phenomenon. In Haddington, P., Keisanen, T., Mondada, L. and Nevile, M. (Eds.), Multiactivity in social interaction: Beyond multitasking,  (pp. 3–32). Amsterdam/Philadelphia: Benjamins.

Kamunen, A. and Haddington, P. (in preparation) ‘Prime movers’ in multiactivity situations: Practices for maintaining dual orientation to an imminent next activity.

Keisanen, T., Rauniomaa, M. and Haddington, P. (2014). Suspending action: From simultaneous to consecutive ordering of multiple courses of action. In Haddington, P., Keisanen, T., Mondada, L. and Nevile, M. (Eds.), Multiactivity in Social Interaction: Beyond Multitasking,  (pp. 110–133). Amsterdam: Benjamins.

Mondada, L. (2011). The organization of concurrent courses of action in surgical demonstrations. In Goodwin, C., LeBaron, C. and Streeck, J. (Eds.), Embodied Interaction: Language and Body in the Material World,  (pp. 207-226). Cambridge: Cambridge University Press.

Mondada, L. (2012). Talking and driving: multi-activity in the car Semiotica 191 (1/4): 223-256.

Mondada, L. (2014). The temporal orders of multiactivity: Operating and demonstrating in the surgical theatre. In Haddington, P., Keisanen, T., Mondada, L. and Nevile, M. (Eds.), Multiactivity in social interaction: Beyond multitasking, (pp. 33-75). Amsterdam/Philadelphia: Benjamins.

Schegloff, E. A. (2007). Sequence organization in interaction: A primer in conversation analysis. Cambridge; New York: Cambridge University Press.

Vatanen, A. and Haddington, P. (in preparation) Accounting for multiactivity in family interaction: Managing multiple sequential implicativenesses and hierarchies of action.


Séminaire InSitu lundi 15 novembre à 16h en salle D4.179

Johanna ISOSÄVI, post-doctorante à l’Université de Helsinki (Finlande), chercheure invitée à ICAR en 2017  Elle présentera ses travaux réalisés en partie à Lyon sur « La politesse en France et en Finlande ».

Résumé:

Mon projet de post-doc (2017–19) porte sur la politesse en Finlande et en France. Dans ce séminaire, je présenterai deux études : la première se base sur les focus groups, et la deuxième sur les interactions interculturelles entre des Finlandais et des Français.

D’abord, je présenterai mes résultats de l’étude sur cinq discussions focus groups enregistrées à Helsinki en 2016. Dans ces groupes, les Français résidant en Finlande discutaient la politesse finlandaise, alors que les Finlandais résidant ou ayant résidé en France discutaient la politesse française. D’après mon étude, les perceptions de la politesse sont opposées en Finlande et en France : en Finlande, le respect de l’espace de l’autre personne est considéré comme poli, tandis qu’en France, les actes verbaux et non verbaux envers les autres sont considérées comme polies. Les participants ont rapporté que les salutations étaient plus catégoriques et les portes tenues ouvertes plus fréquemment en France qu’en Finlande. Par contre, selon eux, le silence était mieux toléré en Finlande qu’en France. La tolérance aux variations pragmatiques étant basse dans les deux pays, les Français et les Finlandais ont rapporté le besoin de s’adapter aux normes de politesse de la culture cible.

Quant aux interactions interculturelles authentiques, l’étude en cours portera sur les discussions entre les Finlandais et les Français qui ont été enregistrées à Helsinki, à Lyon et à Paris en 2016–17. Dans ce séminaire, je présenterai un extrait de vidéo où la manière dont une Finlandaise fait des requêtes est commentée par des Français.


Mardi 2 octobre 9h30-11h30 en salle D4.195.
Ingmar ROTHE, doctorant dans le projet Crossworlds à l’université technique de Chemnitz où il prépare une thèse sur l’interaction avec des grandes tablettes interactives dans un musée.
A la suite de la présentation de ses travaux dans le séminaire InSitu il nous montrera  ses données durant le séminaire. La séance de travail est intitulé  » Opening up a mutual play session at a multitouch tabletop in a museum « 
La séance aura lieu en anglais.

Séminaire InSitu lundi 1 octobre de 13h à 14h30 en salle D4.179

Ingmar ROTHE, doctorant dans le projet CrossWorlds (Connectng real and virtual social worlds) à l’Université technique de Chemnitz, Allemagne. Il présentera une partie de ses travaux de thèse sur l’interaction avec des grandes tablettes dans un musée. Son intervention s’intitule: « Friendly takeover » as a shared practice in the beginning of mutual play sessions

Résumé

Tabletops allow multiple users to share one (multitouch) interface. Nowadays, they are particularly common in museums and visitors of an exhibition are not just spectators but become users. Especially in the beginning of a session at a tabletop, users must understand its purpose and grasp how to operate it. In order to explore how groups of visitors handle those interactive objects more than 22 hours of multi-party interaction at a multitouch tabletop have been video-recorded. The users are playing a digital card game offered by the interface. The data allows for analyzing talk-in-interaction and its coordination with other semiotic resources such as glance, gesture, body posture and body movement (Mondada 2008).

This paper focusses on the systematic use of bodily action such as demonstrating how to move a card or taking over fellow players’ cards. It will be shown that there are « embodied multimodal turns » (Deppermann 2013) like non-vocal first or second pair parts. Often, speaking seems to be not even necessary. I argue that, in the context of a digital card game, taking over fellow players cards is a coordinated practice (Goodwin 2003).

The observations to be presented are part of the dissertation project « The tabletop in the exhibition space – interaction at multitouch systems ». The study follows the framework of Conversation Analysis with a focus on multimodality (Mondada 2014) and on the spatial environment. Accordingly, the work is related to the concepts of interaction space and interactive architecture (Mondada 2007, Hausendorf/Schmitt 2013, Schmitt 2013) as well as studies of interaction in the exhibition space (e.g. Heath/vom Lehn 2012, Pitsch 2012, Kesselheim 2012).

References

Deppermann, A. (2013): Multimodal interaction from a conversation analytic perspective. In: Journal of Pragmatics. 46 (1), 1–7.
Hausendorf, H. / Schmitt, R. (2013): Interaktionsarchitektur und Sozialtopografie. Umrisse einer raumlinguistischen Programmatik. Arbeitspapiere des UFSP Sprache und Raum SpuR, Bd. 1. Zürich.
Heath, C. / vom Lehn, D. (2012): Discovering exhibits: video-based studies of interaction in museums and science centres. In: Knoblauch, H. et al. (eds.): Video analysis: methodology and methods. Qualitative audiovisual data analysis in sociology. Frankfurt am Main [u.a.]: Lang.
Goodwin, C. (2003): Pointing as Situated Practice. In: Sotaro, K. (ed.) Pointing. Psychology Press, New York, 317–341.
Kesselheim, W. (2012): Gemeinsam im Museum: Materielle Umwelt und interaktive Ordnung. In: Hausendorf, H. / Mondada, L. / Schmitt, R. (Eds.): Raum als interaktive Ressource. Tübingen: Narr, 187-231.
Mondada, L. (2007): Interaktionsraum und Koordinierung. In: Schmitt, R. (Ed.): Koordination. Analysen zur multimodalen Interaktion. Tübingen: Narr, 55-128.
Mondada, L. (2014): The local constitution of multimodal resources for social interaction. Journal of Pragmatics 65: 137–156.
Pitsch, K. (2012): Museumsexponat, Alltagsobjekt oder Turngerät? Zur Konstitution von Objekten im Interaktionsraum. In: Hausendorf, H. / Mondada, L. / Schmitt, R. (eds.): Raum als interaktive Ressource. Tübingen: Narr, 233-273.
Schmitt, R. (2013): Körperlich-räumliche Aspekte der Interaktion. Tübingen: Narr.


Jeudi, 28/06 à 16h, Salle: D4.179
Biagio Ursi & Carole Etienne (ICAR) présenteront le projet ANR DFG SegCor (Segmentation of Oral Corpora)
Le projet SegCor: Pour une segmentation multi-niveaux des corpus de langue parlée en interaction 

Cette présentation décrira l’approche méthodologique et les différents problèmes posés par la segmentation multi-niveaux de corpus oraux dans le projet franco-allemand SegCor (SEGmentation de CORpus oraux, ANR-15-FRAL-0004), qui réunit l’IDS ( Institut für Deutsche Sprache de Mannheim, le LLL (Laboratoire Ligérien de Linguistique) d’Orléans et le laboratoire ICAR. Ce projet a pour but de développer une méthode de segmentation utilisable pour l’analyse de la parole-en-interaction dans différentes perspectives et pour différentes communautés de chercheurs.

À partir des banques de données ESLO et CLAPI pour le français et FOLK pour l’allemand, un corpus pilote de 10 extraits de 10 minutes d’interactions de nature différente a été constitué pour établir un jeu de données comparable dans les deux langues. Différentes approches de segmentation décrites en syntaxe, en prosodie, en linguistique interactionnelle et en linguistique de corpus ont alors été choisies et mises en œuvre par les trois équipes de recherche.

Au sein de notre laboratoire, les niveaux de segmentation macrosyntaxique et microsyntaxique ont fait l’objet d’un travail comprenant plusieurs phases. En nous appuyant sur les projets ANR Rhapsodie et ORFEO, nous avons envisagé des phases préliminaires d’annotation, l’évaluation de l’accord inter-annotateur, l’examen de cas critiques et de nouvelles phases d’annotation. Pour ces deux niveaux, le travail a été effectué sur le corpus pilote et l’implémentation du codage est en cours de formalisation à l’aide de protocoles spécifiques ( guidelines ). Pour l’annotation interactionnelle en unités de construction de tour ( Turn Constructional Units ), que nous développerons plus en détail, un projet exploratoire porte actuellement sur la discussion des différentes approches et des critères qui permettent d’objectiver le repérage de telles unités en français et en allemand.

L’annotation prosodique en proéminences intonatives a fait l’objet d’une expérience de codage manuel et automatique sur la totalité du corpus pilote. Elle nous a amené à proposer quelques modifications au protocole Rhapsodie.

Le niveau d’annotation du chunking, réalisé par le LLL, a bénéficié d’un travail d’apprentissage automatique sur corpus, avec correction manuelle.

Dans cette présentation, nous ne nous pencherons pas seulement sur la description des différents niveaux de segmentation et des jeux d’étiquettes, mais aussi sur les questions de conception de procédures d’annotation et de comparaison de résultats, discutées entre les trois partenaires du projet. Nous aborderons également les enjeux méthodologiques et les contraintes techniques posées par certains logiciels (EXMARaLDA, PRAAT).


Lundi, 11/06 à 13h, Salle: D4.024
Marilena Fatigante (en collaboration avec Francesca Alby et Cristina Zucchermaglio); LInC Laboratory of Language Interaction and Culture. Department of Social and Developmental Psychology, University Sapienza of Rome
Being in place: the contribution of the patient’s companion to ‘first time’ oncological visits

Bringing a companion (a relative, partner, friend) to the first visits with the oncologist is a common practice among cancer patients, even explicitly recommended by health institutions (e.g., the Memorial Sloan Kettering cancer center, http://www.mskcc.org/cancer-care/preparing-your-first-appointment).

Studies that focused on the companion’s participation in this kind of encounter mostly regarded the companion’s participation as the extent to which s/he “supports” or “inhibits/interferes” with the doctor-patient interaction (cf. Street and Gordon 2008).

The presentation aims at reconsidering these findings and analysing how the companion participation is shaped and supported by the local configuration of actions to which all interacting parties orient, contributing in different ways to the unfolding of the visit.

Analyses are based on a corpus of overall 55 videorecordings of first oncological visits. Visits were conducted in two different hospitals, one of which a University hospital, and by different oncologists, including both senior professionals and (in the second setting) medical students in oncology. Visits were fully transcribed according to the Jeffersonian conventions (Sacks, Schegloff, & Jefferson, 1974). Analysis focus on a) the activities sequentially unfolding in the consultation; b) the embodied, multimodal doctor-patient-companion participation in such activities. Results suggest that companions and other participants orient differently to the multiparty framework accordingly to: a) the timing and the type of activities performed (e.g. History taking) b) participants’ different degrees of access and entitlement to knowledge (e.g. knowledge about patient’s habits and personal and medical matters).

The results solicit to consider the first oncological visit as an encounter whose multiparty participation is complex and understudied, even though very relevant to the accomplishment of the activities of medical care.


Atelier DocINT – Lundi 11 juin de 15h à 17h en salle D4.195
Data session (en anglais)
Intervenante : Marilena Fatigante (Laboratory of Language Interaction and Culture. Department of Social and Developmental Psychology, University Sapienza of Rome)
Thème de l’atelier : Slow literacy practices for managing temporality in oncology visits.

Description de l’atelier :

Our discourse analytic approach augments ethnomethodological science and technology studies which have explored the complex interrelationship between paper-based medical documents and doctor’s diagnostic and therapeutic activities (e.g. Berg, 1996; Heath and Luff, 1996; Luff, Heath, and Greatbatch, 1992).

The data session will focus on a set of examples, sorted out of a whole set of 55 videorecorded cancer consultation visits, in which material artifacts and acts of reading and writing figure as relevant resources in the doctor’s management of time and transitions between activities in the interaction with their patients. Multimodal analysis reveals that literacy activities serve as regulatory mechanisms of the time of the visit, while also work performing other functions such as, engaging the patient in a joint focus of attention or to shift out of one such shared focus. Data are available to a multimodal analysis and to the consideration of how micro-management of the interaction can support (or inhibit) the overall accomplishment of institutional activities and aims.

Responsibility for this work and data is shared with colleagues Francesca Alby, Cristina Zucchermaglio ( Department of Social and Developmental Psychology, University Sapienza of Rome) and Laura Sterponi (UC Berkeley).

Jeudi, 24/05 à 16h, Salle: D4.179
Franco Pauletto (post-doctorat, University of Stockholm), en collaboration avec Silvia Kunitz & Camilla Bardel
Titre:« Du får inte läsa! » (You are not supposed to read!) – Charade as guessing game’ 

This ethnomethodological, conversation analytic (CA) study explores how groups of 9 th grade students of Spanish as a foreign language accomplish a classroom task called « charade ». Specifically, we focus on: (a) the students’ interpretation of the task; (b) the semiotic resources that the participants use to complete the task; and (c) the students’ emic criteria in achieving the end of each round of the task. After the initial instruction-giving sequence, each group of students received a set of cards; each card reproduced a sentence in Spanish. The students took turns in picking one card and in mimicking the sentence on the card, so that their group members could guess it. Embodiment was thus crucial in the accomplishment of the task. In terms of linguistic resources, the participants mostly used Spanish as the task target language, but resorted to Swedish and English in specific sequential environments. Finally, our analysis will show that the students oriented to different interpretations of the task goal in bringing each round to a close. Overall, this study contributes to CA research focusing on how participants enact « immanent pedagogies » (Lindwall & Lymer, 2005) in the achievement of tasks-as-activities.


Lundi, 03/05 à 16h, Salle: D4.179
Gloria El Hajj (doctorate ICAR)
Titre: Les Français parlés au Liban: Etude sociolinguistique et interactionnelle. Le cas de Beyrouth et du Sud. 

Les idées reçues sur la pratique de la langue française au Liban sont nombreuses. Elles associent l’usage de cette langue à une certaine aristocratie beyrouthine chrétienne. Ce qui ne correspond pourtant pas à la situation linguistique actuelle du Liban. L’usage du français s’étend sur différents secteurs et contextes.

Ma thèse intitulée  » Les Français parlés au Liban: Etude sociolinguistique et interactionnelle », envisage une avancée dans la description détaillée de l’usage du français au Liban dans divers contextes. Elle repose sur la méthodologie de l’analyse interactionnelle, basée sur l’enregistrement des pratiques dans des situations sociales naturelles. Cette thèse s’intègre dans un projet bilatéral (UL2, Université Libanaise et Université St Joseph), financé par l’AUF (Agence Universitaire de la Francophonie), qui concerne la description des français parlés au Liban. A cet effet, nous utilisons des corpus existants afin de lancer des analyses et nous avons constitué, à partir d’une étude exploratoire, un nouveau corpus sur lequel nous mènerons nos analyses.

Nous évoquerons ainsi dans cette présentation, en premier lieu, la variété du corpus recueilli au Liban en 2016-2017 ainsi que les critères de sélection du corpus. En deuxième lieu, nous expliciterons la situation linguistique au Liban, tout en avançant quelques pistes d’analyses.

Notre corpus est recueilli spécifiquement pour notre étude. Il est constitué d’enregistrements audio et vidéo, de situations interactionnelles dans des contextes francophones et arabophones variés à Beyrouth et dans la région du Sud. La plupart des situations présentent des activités socio-langagières et interactionnelles dans leurs sites naturels de production. Nous disposons au total d’environ 11 heures d’enregistrements (668,32 minutes).

La démarche de l’analyse est composée de quatre étapes: le choix des situations, l’observation, la collecte des données et la transcription. Le choix des situations doit être pensé en fonction de notre objectif global. Bien que l’on parle de démarche conduite par les données « data-conducted », le choix des situations repose sur des hypothèses préalables sur ce qu’on cherche et sur les situations susceptibles de le procurer (Traverso 1999:22). Nous allons donc présenter les critères qui nous ont permis de choisir le corpus final pour la thèse, tout en se basant sur notre objectif global et les analyses qu’on va mener. Parmi ces critères, citons le type des situations, les activités langagières, ainsi que les phénomènes linguistiques et extralinguistiques caractérisant le corpus.

Bibliographie

Bruxelles S., Mondada L., Simon A.-C., Traverso V. (eds), 2009, Grands corpus de français parlé, Cahiers de Linguistique de Louvain.
Dimachki L., 2004, Analyse des interactions de commerce au Liban et en France, thèse de doctorat, Université Lyon 2.
Kanaan L., 2011, Reformulations, contacts de langues et compétences de communication : analyse linguistique et interactionnelle dans des discussions entre jeunes libanais francophones, Thèse de Doctorat, Université d’Orléans.
Kanaan L., Traverso V., Dimachki L., Dichy J., (2016), « Marqueurs de discours en arabe parlé en interaction: le cas de ja‘ni », Faits de Langue 45, 199-234
Traverso V., (2003), « Des usages en interaction à des descriptions réutilisables : l’exemple de wa-llah », Cahiers de Praxématique 38, 145-175


Atelier DocINT – Jeudi 24 mai de 10h à 12h en salle D4.179

Data session (en anglais)

Intervenant : Franco Pauletto (Université de Stockholm)

Thème de l’atelier : Eh ciò [ʧɔ], poi dopo bisogna vedere . The discourse marker « ciò » in telephone conversations.
Description de l’atelier :
I am going to present four short excerpts out of a corpus of 437 phone calls recorded in Italy between February 2016 and April 2018. The aim is to explore the interactional use of the turn-initial particle ciò by native speakers of Italian living in the North Eastern province of Treviso, Italy.

The particle ciò belongs to the local dialect ( trevigiano or trevixàn ) and most likely originates from the imperative form of a verb. In this case, the candidate verb is ciór/tór (‘to take’, from cl. Lat. TOLLERE).

In the excerpts presented here, this particle is used by the same participant both when he speaks his own regional variety of Italian, and while speaking trevixàn . This phenomenon clearly confirms the permeability between regional Italian and local dialects, and shows how the latter can still provide speakers with meaningful, though geographically limited, interactional resources.

I am particularly interested in the range of actions that participants can achieve through the use of this linguistic resource. Preliminary results suggest that ciò mostly occurs as turn-preface in first position, but second position is also possible.


Atelier DocINT – 10 avril de 10h30 à 14h30 en salle D4.179.

Nous profitons de la visite de Marco Pino, Université de Loughborough (UK), pour organiser deux séances de data session, les deux en langue anglaise.
La première sera animée par Marco Pino sur le thème Expression of patient concerns in a hospice occupational therapy consultation.
La deuxième sera animé par l’équipe REMILAS sur le thème Complaints about non-present third parties in interpreter-mediated mental care consultations.
Pour des raisons d’organisation, nous vous remercions de confirmer votre présence avant le 6 avril, le nombre de participants étant limité à 15.
Résumé de l’atelier au format PDF


Lundi, 09/04 à 13h, Salle: D4.024
Marco Pino (lecturer in Communication and Social Interaction, University of Loughborough, GB)
Titre: Practical ethics in social interaction: Invoking past transgressions in therapeutic community meeting
s

Earlier research has shown that social interaction is a system designed for cooperation. In everyday life, people preferentialy communicate in ways that align or affiliate with their interlocutors’ projects. Overtly rejecting or disagreeing with others’ actions is socially dispreferred. A consequence of this general cooperative orientation is that we all face situated dilemmas when, for various reasons, we cannot or do not wish to support our interlocutors’ interactional projects (and/or conveyed stances). This is the case when an interlocutor complains about us by claiming that we have committed a transgression or wrongdoing. The dilemma we face is: how can we resist the complaint and its implications without, at the same time, fully rejecting or opposing what our interlocutor is doing?

In this talk I examine one communicative practice that people sometimes use to navigate this dilemma: invoking the complainant’s own past transgressions. This practice allows speakers to fend off the complaint without denying its veracity. They can tacitly (or even overtly) admit to having committed the transgression attributed to them whilst at the same time resisting the complaint. They do so by challenging their interlocutor’s moral entitlement to complain—on the basis that the the interlocutor has also been guilty of similar transgressions in the past. These findings provide insights about ways people can orient to the moral aspects of their relationships with others through how they design their social actions, and through ways they respond to others’ actions. My data consist of recorded therapeutic community meetings for clients recovering from drug addiction. The original language in these conversations is Italian. In this talk I will show clips with subtitles (in English), accompanied by transcripts (with English translation).


Atelier DocINT – Data session
Lundi 26 mars, 10h-12h en salle D4.179
Intervenant : Luisa Acosta, doctorante ICAR
Thème de l’atelier : « La reformulation en interaction : entre continuation et nouveau départ. Etude de corpus espagnol et français ».

Description de l’atelier :
Lors de cet atelier, je propose l’étude de quelques occurrences de reformulations produites au sein de différentes interactions en espagnol et français. La reformulation sera comprise comme un phénomène qui émerge de la tension entre les éléments déjà présents dans la situation communicative et des éléments potentiellement nouveaux. Ainsi, la reformulation est une opération qui permet aux locuteurs de revenir sur des énoncés tout en progressant dans l’interaction. Je souhaiterais donc centrer l’attention non seulement sur les conditions d’émergence de la reformulation, mais aussi sur ses rôles dans le déroulement de l’action communicative.


Jeudi, 15/03 à 16h, Salle: D4.179
Chloé Mondémé (CR, Lyon, Triangle)
Titre: Caresse et intercorporéalité. Contribution aux recherches sur la socialité haptique.

Cette présentation reviendra sur les récents développements en analyse de l’interaction sociale qui s’intéressent à la « socialité haptique » (Goodwin & Cekaite, 2013 ; Cekaite, 2016 ; Goodwin, 2016). Après avoir brièvement rappelé quelques points centraux de cette littérature, elle proposera d’y contribuer, sur la base d’exemples empiriques issus de corpora d’interaction inter-espèces, mettant en présence hommes et chiens. Le toucher est une des modalités communicationnelles fondamentale dans l’interaction homme/animal. La caresse en particulier retiendra notre attention. Qu’elle soit exécutée pour féliciter l’animal qui vient d’accomplir une tâche attendue, ou qu’elle soit réalisée gratuitement, pour le simple plaisir du contact tactile et de la relation affective, les moments de caresse se déploient selon des modalités séquentielles bien particulières, et exhibent réflexivement des effets d’attente forts. Sur la base de données collectées ces dernières années dans des contextes domestiques (dans les foyers) et institutionnels (dressage canin), nous examinerons respectivement ces deux modalités, afin de voir comment le toucher interspécifique, et la caresse en particulier, constitue un medium essentiel des phénomènes de socialité au cœur du processus de domestication.


Jeudi 8 mars, atelier DocINT, 14h-16h en salle D4.179

Data session

Intervenant : Lucien Tisserand, doctorant à Paris 3 (dir. Luca Greco) et invité à ICAR

Thème de l’atelier : « j’veux bien préparer l’mannitol mais j’sais pas où sont les s’ringues ». « (2.7) ». Problèmes d’accountability au cours d’une simulation haute fidélité.

Description de l’atelier :

Pour cette data session, je propose de travailler sur des courts extraits qui sont liés en ce qu’ils présentent, à plusieurs moments au cours d’une simulation, l’exhibition par une participante d’une difficulté pour effectuer une seule et même tâche. Pour entrer dans les données, l’idée est de visionner dans un premier temps l’ensemble des interactions ayant lieu depuis l’allocation de la tâche jusqu’à son accomplissement, puis de travailler sur ces courts extraits dans leur ordre chronologique.


Lundi 26 février, 13h en salle D4.024

Lucien Tisserand (doctorant de Luca Greco, Paris 3, invité ICAR de février à mai 2018)
Titre : La simulation haute fidélité en santé : articuler plusieurs lieux, participations et temporalités des interactions

Le but de ma présentation sera de vous présenter l’approche que j’entreprends sur mes données pour mon travail de thèse. Celle-ci porte sur les pratiques de simulation haute fidélité dans le domaine de la santé. Il s’agit d’utiliser un mannequin piloté en temps réel qui jouera le rôle d’un patient pour une équipe médicale qui simulera durant une quinzaine de minutes la prise en charge de ce patient.
Ce terrain est d’autant plus intéressant que cette activité prend place au sein d’un dispositif qui se donne pour objectif d’entraîner à des compétences d’organisation et de communication au sein de l’équipe de professionnels de la santé, ce que la pédagogie médicale appelle « les compétences non-techniques ».
Ainsi, alors que nous avons accès aux raisonnements pratiques mis en place dans la salle de simulation entre les membres de l’équipe médicale, nous avons également accès, au même moment, aux interactions ayant lieu dans la cabine de pilotage, attenante à la salle de simulation de l’autre côté d’une vitre sans tain. À l’intérieur de celle-ci, les formateurs sont dans un état de parole ouvert, ils sont attentifs eux aussi aux pratiques des stagiaires simulant. Ceci dans le but d’effectuer les opérations de pilotage requises au bon moment, mais aussi pour livrer leur analyse en temps réel sur l’organisation des stagiaires, commentant, pointant et formulant des évaluations, utilisant la simulation en train de se faire comme ressource.
Il est alors intéressant d’analyser séparément puis de mettre en rapport la compréhension qu’ont les stagiaires de ce qu’ils sont en train de faire avec ce que les formateurs en comprennent.
Mais la simulation n’est pas encore terminée. Intervient alors un troisième lieu : celui du débriefing qui intervient juste après. Durant celui-ci, les stagiaires vont raconter comment ils se sont comportés. Comment ils ont ressenti / comment ils évaluent l’organisation, en pointant parfois des moments précis de la simulation. Nous avons alors une troisième analyse fournie a postériori par ceux-ci.
Je prendrai un exemple d’épisode de la simulation ayant occasionné un commentaire dans la cabine de pilotage, ainsi que des extraits du débriefing qui a suivi cette simulation afin de questionner en quoi on peut (mais aussi, en quoi on ne peut pas) chercher l’articulation par les participants (ou par l’analyste ?) entre ces différents étapes qui constituent une session de simulation dans son intégralité.


Lundi 12 février, atelier DocINT, 10h-12h en salle D4.179

Data session suivie d’une présentation

Intervenante : Sylvaine Tuncer, post-doctorante, Department of Computer and Systems Sciences, University of Stockholm (sylvaine@dsv.su.se)

Thème de l’atelier : « Les visites non planifiées dans les bureaux : La production conjointe d’une raison de la visite »

Présentation de l’intervenante :

De formation sociologique avec une thèse dirigée par Christian Licoppe et soutenue en 2014, Sylvaine Tuncer utilise l’analyse de conversation (multimodale) dans une perspective ethnométhodologique pour analyser les interactions dans leur dimension incarnée et matérielle. Elle s’intéresse principalement aux phénomènes sociologiques émergents que sont la collaboration, l’organizing et la production interactionnelle de connaissance. Elle a travaillé en tant que post-doctorante à Télécom ParisTech puis à l’université d’Oulu (Finlande), sur les communications vidéos entre proches, les interactions entre surveillants pénitentiaires et personnes placées sous mains de justice, et le travail quotidien dans un laboratoire de biochimie.

En janvier 2018, Sylvaine Tuncer a rejoint un projet associant le département d’éducation, communication et apprentissage de l’université de Göteborg (Suède) et le département des Sciences de l’Informatique et des Systèmes de l’université de Stockholm, qui s’intéresse à l’usage des tutoriels vidéos en ligne pour l’apprentissage de savoir-faire pratiques (‘Online instructional videos and the learning of practical skills’).

Lors de cette rencontre elle reviendra sur l’objet de sa thèse, les interactions ordinaires dans les bureaux des organisations de travail. La data session portera sur l’ouverture des visites non planifiées d’un collaborateur à un autre, à propos desquelles après avoir étudié la toute première phase d’émergence de l’attention conjointe (Tuncer & Licoppe, 2018), elle souhaiterait explorer avec nous les premiers tours de parole : la production conjointe d’une ‘raison de la visite’.


Lundi 1 février 2018, de 16h à 17h30 dans la Salle D4.179 (laboratoire ICAR, salle au fond du couloir) 

Intervenants : Kris Lund, Matthieu Quignard (CogCINEL)

Nous présentons des travaux initiés dans l’ANR ORFEO (Outils et Recherche sur le Français Ecrit et Oral) et poursuivis dans l’ANR JEN.Lab (Jeux Epistémiques Numériques) dans le but d’étudier l’émergence de l’émotion dans les interactions. Etant donné un extrait de conversation entre étudiants (CLAPI : « vraiment vraiment désolée »), comportant 4 phases émotionnées, il s’agit de savoir quels micro-phénomènes (ex : allongements vocaliques, exclamations, rires, accélération du débit, etc.) sont à l’oeuvre dans ces phases, lesquels sont caractéristiques d’une phase, lesquels ne le sont pas, et s’ils fonctionnent en association les uns avec les autres. Pour ce faire, nous exposerons deux outils permettant de visualiser ces cooccurrences de phénomènes — notre frise interactive (Frieze Style, développée par M. Quignard) et l’Epistemic Network Analysis (ENA, développée par D. Shaffer) — et comment l’association des deux permet d’interpréter les cooccurrences significatives.

References :
Matthieu Quignard, Biagio Ursi, Nathalie Rossi-Gensane, Virginie André, Heike Baldauf-Quilliatre, et al.. Une méthode instrumentée pour l’analyse multidimensionnelle des tonalités émotionnelles dans l’interaction. Congrès Mondial de Linguistique Française, Jul 2016, Tours, France. 2016, Congrès mondial de Linguistique Française 2016.
Lien HAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01316278

Kristine Lund, Matthieu Quignard, David Williamson Shaffer. Gaining Insight by Transforming Between Temporal Representations of Human Interaction. Journal of Learning Analytics, 2017, 4 (3), pp.102 – 122.
Lien HAL : https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-01656135


Lundi 15 janvier à 13 h en D4. 024
Pierre Halté (Post-doctorant ICAR). Le positionnement syntaxique des interjections et des émoticônes – Modalité, portée, visée

Les interjections et les émoticônes, dont les caractéristiques sémiotiques et énonciatives sont très proches, apparaissent fréquemment dans les corpus numériques, où elles servent la plupart du temps à modaliser les énoncés linguistiques qu’elles accompagnent. L’objectif de cette communication est d’observer et d’expliciter les différentes possibilités de positionnement des interjections et des émoticônes par rapport à la chaîne syntaxique constituant les tours de paroles des locuteurs : antéposition, postposition, incise… Notre hypothèse est que ces différents positionnements sont liés aux caractéristiques sémantiques et énonciatives de ces marques. Partant de l’analyse d’exemples tirés de divers genres de discours numériques (t’chat, microblogging, sms, etc.), nous proposerons plusieurs hypothèses permettant d’expliquer, à partir de considérations sémantiques et énonciatives, les raisons de ces positionnements spécifiques : nous mettrons notamment en relation les notions de modalité et de modalisation avec celles de portée et de visée.


Lundi, 13 novembre 13-14h40 en D4.180
Patrick Renaud (Université Paris 3) présentera le projet Observatoire Interactif des Mobilités et des Vulnérabilités (O.I.M.V.) développé dans le cadre du programme SHS « Sociétés plurielles » de l’Idex dont Sorbonne Paris Cité est membre


Jeudi, 30 novembre 16-17h30 en D4.314
Elizaveta Chernyshova présentera les travaux de sa thèse, titre de l’intervention: Expliciter dans la conversation. Vers une modélisation des processus inférentiels dans l’interaction

Lors de ce séminaire, Elizaveta Chernyshova, doctorante en 3e année sous la direction de Véronique Traverso (ICAR) et de Sylvain Kahane (MoDyCo), présentera ses travaux de thèse. Situés dans une double perspective – perspective conversationnaliste d’une part, et perspective modélisante d’autre part – ces travaux s’articulent autour de la question de la définition et de la description de l’opposition explicite – implicite dans la conversation. En proposant un parcours théorique autour de cette opposition, puis une manière de concevoir l’inférence dans la conversation, cette présentation montrera la possibilité de définir une action conversationnelle particulière : l’explicitation. Des analyses de séquences d’explicitation dans un corpus de repas entre amis en français seront présentées afin de montrer en quoi cette nouvelle catégorie s’avère pertinente pour une approche conversationnaliste de l’opposition explicite – implicite.


Jeudi, 21 décembre 16-17h30 en D4.024 
Johanna Isosävi, chercheuse invitée à InSitu présentera ses travaux sur la politesse, titre de l’intervention: La politesse en France et en Finlande

Les interactions interculturelles peuvent se compliquer en raison des manifestations différentes de la politesse. Or les évaluations de politesse par des étrangers n’ont pas été largement examinées. Cette étude porte sur les perceptions de la politesse finlandaise par des Français résidant en Finlande, et les perceptions de la politesse française par des Finlandais habitant ou ayant habité en France. Comme méthode, les focus groups ont été employé pour étudier les normes de politesse partagées et leurs variations dans une culture. D’après une analyse dialogique de discours qui se base sur cinq discussions focus groups, la politesse est thématisée par l’espace en Finlande, mais par des réactions en France. Ces thématisations d’espace et de réactions ont amené aux discussions sur les salutations, le silence et le fait de tenir les portes. Les participants ont rapporté que les salutations et le fait de tenir les portes étaient plus catégorique en France, alors que le silence était mieux toléré en Finlande. En plus des normes dominantes, des variations régionales et individuelles ont été rapportées. Globalement, les normes de politesse semblent être plus vagues en Finlande qu’en France. La recherche future montrera si les normes de la politesse finlandaise évolueront vers les réactions, ou si l’espace restera plus valorisé.