Axes transversaux

Les axes transversaux  impliquent une réorganisation plutôt consistante sur le versant scientifique mais aussi sur le plan administratif d’ICAR. Ils sont les nouvelles ramifications à travers lesquelles l’UMR veut rendre plus visibles ses missions. Ils fonctionnent  comme des nouveaux enjeux programmatiques visant à éviter une dispersion des recherches au profit d’une réponse coordonnée aux appels à projet.

L’axe transversal « Langage, Travail et Apprentissages » vise à étudier les interactions et les apprentissages liés au travail, ce qui implique à la fois la mobilisation de perspectives théoriques et méthodologiques complémentaires et l’individuation d’une série d’objets de recherche communs tels que la négociation des compétences professionnelles en situation, la gestion interactionnelle de l’asymétrie des pouvoirs et des savoirs des acteurs sociaux impliqués dans l’exécution d’un programme de travail, les usages du numérique et des technologies dans les échanges professionnels en présentiel ou à distance. Si cet axe focalise l’attention sur la formation des compétences professionnelles aptes à assurer la construction du collectif (la coordination d’équipes interdisciplinaires, la valorisation du potentiel des acteurs sociaux impliqués, le respect réciproque des rôles, des fonctions, des différences de genre, etc.),

L’axe transversal « Subjectivité : Phénoménologie de l’expérience, formes symboliques et régimes épistémiques » vise à enquêter l’introjection des modèles sociaux (apprentissage), la formation d’un point de vue critique (expertise), l’élaboration d’un éthos à travers les médiations linguistiques (légitimation). En ce sens, il approche la dialectique entre le collectif et l’individuel : les interactions entre individu et société sont ainsi appréciées à partir de l’expérience de l’individu en tant que sujet parlant, interprète, agent mais traversé aussi par des facteurs de vulnérabilité et de fragilité sociale.

Cellule Corpus Complexes (CCC)

La CCC (Cellule Corpus Complexes) est une structure transversale de soutien à la recherche qui s’inscrit dans les axes porteurs du laboratoire ICAR.La CCC vise à la mutualisation et au développement des outils et pratiques portant sur la collecte et l’exploitation des corpus pluridisciplinaires et multimodaux, de manière à traiter les phénomènes « linguistiques » dans toute leur complexité. Elle met en place d’une dynamique d’échanges, de formations, de veille scientifique et de mise en pratique des connaissances autour de la constitution, le traitement, l’analyse, la diffusion et l’archivage des corpus. Cette cellule s’articule autour de corpus qualifiés de « complexes » intégrant vidéos, sons, textes, traces, images… et dont la collecte et/ou l’exploitation nécessite une étude ou une réflexion spécifique.