Responsables :

Emmanuelle Prak-Derrington
Matthieu Quignard

Membres

Pierluigi Basso
Julie Bardet
Sofia Belkacem
Georges Bohas
Katia Darmaun
Elise Gandon
Jean-Claude Guerrini
Santiago Guillen
Razmik Haboyan
Catherine Kerbrat-Orecchioni
Kris Lund
Emilie Magnat
Magali Ollagnier-Beldame
Emmanuelle Prak-Derrington
Matthieu Quignard
Jean-Claude Régnier
Luc Ria
Véronique Rivière
Julien Thiburce

Subjectivité : phénoménologie de l’expérience, formes symboliques et régimes épistémiques

Créé en 2022, l’axe transversal “Subjectivité et Langage” rassemble des membres issus des trois équipes qui composent le laboratoire ICAR — IC (Interactions, Cognitions), ADIS (Apprentissages, Discours, Interactions) et SST (Syntaxe, sens, textualités) —, ainsi que des membres du LabEx ASLAN. À ce jour, nous comptons une vingtaine de membres.

La notion de sujet s’envisage sous différents angles, en fonction des différents domaines de spécialités de nos membres. D’une part, le sujet est envisagé en tant qu’être humain agissant, pensant, parlant, engagé dans des interactions. Cet angle d’attaque convoque les notions d’expérience vécue et d’incarnation (embodiment). D’autre part, le sujet est envisagé tel qu’il se construit et se met en scène dans le cadre de pratiques collectives, routinières, normatives, qu’elles soient d’ordre verbal ou non verbal. Ces pratiques convoquent la notion d’ethos, dans le sens étymologique de « routine », « habitude » et dans le sens rhétorique de « image de soi produite dans et par les discours ».

Séminaires à venir

Mercredi 5 juin 2024, 10h30-12h

  • Elise Gandon et Véronique Rivière

    L’expression subjective du temps et de l’espace des personnes en situation d’alphabétisation : illustrations à travers les différents corpus ECAEST.

    Le projet ASLAN ECAEST, Étude des CAtégorisations de l’ESpace et Temps dans des pratiques interactionnelles multimodales, s’intéresse aux personnes migrantes allophones (non francophones) en situation d’alphabétisation, c’est-à-dire pas ou peu scolarisées dans leur pays d’origine. Bien qu’il n’existe officiellement pas d’analphabétisme en France du fait de la scolarisation obligatoire de 3 à 16 ans, l’immigration de jeunes mineurs ou d’adultes fait que le phénomène existe bel et bien, mais reste peu connu. Pour ces personnes qui ne maîtrisent pas les compétences écrites et qui n’ont pas d’habitudes quotidiennes de l’écrit, entrer dans la littératie constitue un défi parfois inatteignable et se mettre en situation d’apprentissage formel entraîne souvent du stress. Dans le projet ASLAN ECAEST, nous nous intéressons aux pratiques didactiques à déployer en formation pour améliorer les compétences de mobilité et aux stratégies personnelles que ces personnes adoptent : pour se déplacer dans la ville de manière autonome sans appui de l’écrit mais également pour se repérer dans le temps et honorer des rendez-vous, donc à la fois à ce que vivent et ressentent au quotidien ces personnes mais aussi aux ressources, supports et pratiques didactiques à mobiliser en formation.

    Notre étude est d’ordre empirique et s’appuie sur trois types de données recueillies depuis 2021 : des enregistrements vidéos des séances de formation d’une structure associative lyonnaise dispensant des cours d’alphabétisation, des entretiens sociolinguistiques menés par une professionnelle et quatre entretiens biographiques avec des personnes en situation d’alphabétisation.

    Nous présenterons les données selon deux axes d’analyse :

    • De quelle manière s’exprime la subjectivité des personnes à travers les choix stratégiques effectués pour trouver un lieu où ils doivent se rendre  ?
    • Comment face à des problèmes de point de référence temporel (deixis temporelle) constatés fréquemment chez les personnes non alphabétisés, les formatrices travaillent de manière multimodale avec ces personnes le découpage temporel et les références au temps  ?

     

Historique des séminaires

Jeudi 2 mai 2024, 10h30-12h

  • Joséphine Rémon : « Recueillir les traces de subjectivité pour documenter l’engagement des élèves »

Mercredi 3 avril 2024, 10h30-12h

  • Hélène Loevenbruck (LPNC, Grenoble) : « Condensation, dialogalité, intentionnalité et agentivité : une perspective neurocognitive sur la diversité des formes d’endophasie »

Mercredi 6 mars 2024, 10h30-12h

  • Julien Thiburce et Magali Ollagnier-Beldame : Présentation des avancées du projet ExpReSyF (Expériences et Représentations Symboliques des cancers et de la Fin de vie)

Mercredi 14 février 2024, 10h30-12h

  • Hugues de Chanay : « Énaction et analyse sémantique discursive : conception du sujet sous-jacente »

Mercredi 17 janvier 2024, 10h30-12h

  • Matthieu Quignard : projection de la dernière conférence de Didier Bottineau

Mercredi 6 décembre 2023, 10h30-12h

  • Agnès Steuckardt : « Routines épistolaires, routines personnelles chez des scripteurs peu-lettrés de la Première Guerre mondiale »

Mercredi 8 novembre 2023, 10h30-12h

  • Catherine Kerbrat-Orecchioni : « Engagement explicite, engagement implicite. L’exemple du discours sur la chasse »

Mercredi 13 septembre 2023, 10h30-12h

  • Emmanuelle Prak-Derrington : « Je et tu : De la subjectivité à la subjectivation dans le langage »

Mercredi 7 juin 2023, 9h30-12h

  • Magali Ollagnier-Beldame : « La Bouche d’Ombre – Étude micro-phénoménologique d’interactions avec les non-humains lors de transes cognitives auto-induites »
  • Matthieu Quignard : « Ma guerre 1914-1918 » par Charles Bruneau (1883-1969)

Mercredi 3 mai 2023, 9h30-12h

  • Jean-Claude Guerrini : « Argumentation, diagrammes et subjectivité »
  • Nadia Dario : « Stream of Consciousness: Investigating during Play the Interrelation between Mind Wandering, Subjectivity and Children’s Body Movements »

Mercredi 5 avril 2023, 9h30-12h

  • Jean-Philippe Arias Zapata : « De l’expérience subjective à l’épistémologie en première personne : une lecture expérientielle du cogito. »

Mercredi 1er mars 2023, 10h-12h

  • Kris Lund : « What is multivocality, what challenges does it bring and how can we help as educators, researchers, and policy makers? »

Mercredi 23 novembre 2022, 10h-12h

  • Séance de travail sur le projet scientifique du laboratoire

Lundi 24 octobre 2022, 14h-16h

  • Emilie Magnat & Didier Bottineau : synesthésies, langage, apprentissages, subjectivités

Lundi 24 juin 2022, 10h-12h

  • Jean-Philippe Arias-Zapata : « Introduction à la micro-phénoménologie »
  • Nadia Dario : « New Perspectives on Mind Wandering »

Lundi 7 juin 2022, 14h-16h

  • Séance inaugurale

Groupe de Recherche Synesthésie & Linguistique

Au sein de cet axe, nous avons créé le Groupe de Recherche Synesthésie. La synesthésie (du grec syn, « avec » et aesthesis « sensation ») renvoie à un phénomène neurologique qui consiste en « l’action de percevoir une chose en même temps qu’une autre », on parle aussi de « sensation ou perception simultanée ». En tant que phénomène neurologique, la synesthésie a été principalement étudiée dans le cadre des sciences cognitives et de la neuropsychologie. Nous adoptons quant à nous une approche linguistique, visant à mettre en évidence le rapport entre langue et cognition.

Il existe de nombreuses formes de synesthésie. Dans nos recherches, nous portons une attention particulière à la synesthésie « audition colorée » qui implique la vision de couleurs à l’écoute de sons et à la synesthésie « graphèmes couleurs » dans laquelle des stimuli écrits déclenchent la vision de lettres ou groupes de lettres en couleurs. La synesthésie offre une piste de recherche prometteuse pour explorer la motivation et la corporéité du signe, au sein du paradigme de la linguistique du signifiant (étude des liens entre signifiant et signifié ainsi que de la phonologie incarnée) et ouvre des perspectives en didactique des langues.

Le groupe Synesthésie se compose de 6 membres, dont 3 synesthètes, sous la coordination d’Emilie Magnat. Il est né autour de la rencontre entre les travaux d’Emilie Magnat sur la pseudo-synesthésie en didactique des langues vivantes (projet ANR-JCJC C-maphore), et les Master 1 et 2 de Lorraine Ménière, elle-même synesthète, sur la synesthésie bilingue français / allemand.

[Description du projet Synesthésie]