Subjectivité : phénoménologie de l’expérience, formes symboliques et régimes épistémiques

Responsables : Didier Bottineau, Matthieu Quignard

L’axe transversal vise à fournir un cadre collaboratif, fédérateur et productif aux membres du laboratoire dont les travaux, objets de recherche, problématiques, méthodes, points de vues et sensibilités intègrent un questionnement sur l’observation, la description, l’analyse, la théorisation, la prise en compte de la subjectivité dans la diversité de ses constructions et manifestations sur l’ensemble du spectre du langage, des activités langagières, de pratiques sociales et institutionnelles impliquant le langage : textes, discours, interactions, apprentissages, langues (description, pratiques, confrontations), plurilinguisme, traduction.

La notion de sujet est envisagée sous différents angles à confronter, à relier et à considérer dans les champs spécifiques de ces domaines d’activité langagière.

D’une part, le sujet qui, partant de lui-même, se vit en tant qu’être humain agissant, pensant, ressentant, parlant, engagé dans des interactions. Cet angle d’attaque convoque, de manière inclusive, la notion d’expérience, éventuellement celle d’incarnation (embodiment), la phénoménologie du sujet individuel et réflexif et du vécu.

D’autre part, le sujet tel qu’il se construit et se met en scène dans le cadre de pratiques collectives, routinières, normatives, conventionnelles, d’ordre verbal et non verbal. Ceci convoque la notion d’ethos à la fois au sens étymologique de « routine », « habitude » et au sens rhétorique de « image de soi produite dans et par les discours » ; de monde et formes symboliques ; de faces et rôles dans les modèles et pratiques d’interaction.

La mise en relation de ces deux approches permet une mise en dialogue qui ouvre le terrain de la constitution des phénomènes et des vécus considérés sous divers angles et points de vue, de la question de l’appropriation et de l’engagement, des régimes de connaissance, de croyance et de représentation, ce qui suppose la phénoménologie, la sémiose, et certains paradigmes tels que les constructivismes, l’énaction, l’émergence…

Cette rencontre se décline dans divers domaines tels que la description de l’interaction et la manière dont elle est vécue, la description des apprentissages et des modalités de l’engagement des sujets participants (apprenants, enseignants, autres), l’attitude du sujet vis à vis de la diversité des langues pratiquées (traduction, médiation, interprétariat, multilinguisme et plurilinguisme, interculturalité…), l’attitude du sujet face aux injonctions et à la pluralité des discours (discours programmateurs, information et fake news, discours institutionnel et scientifique vs relativisme et complotisme…), les ressentis de cette attitude en termes de force et de vulnérabilité…

L’axe transversal a pour vocation de solliciter une réflexion et des travaux collectifs dans cet esprit transversal et transdisciplinaire, de faire travailler ensemble les diverses compétences concernées, et ce en vue de faciliter l’émergence de projets innovants, au sein du laboratoire et avec ouverture aux collaborations extérieures.