Appel à projets : « Le monde associatif à la lumière de la crise Covid-19 » (date limite : 05/11/2020)

L’Institut français du Monde associatif, créé sous l’égide de la Fondation Pour l’Université de Lyon, a lancé un appel à projets de recherche.

Intitulé : Le monde associatif à la lumière de la crise Covid-19

Argumentaire partiel : la crise COVID-19 ouvre de nouvelles perspectives et de nouvelles attentes en faveur d’un renforcement de la connaissance du monde associatif. À travers le présent appel à projets de recherche nous souhaitons faire de cette situation particulière une occasion de déployer la connaissance du monde associatif ainsi que son transfert auprès du secteur.

Les associations montrent-elles une résilience, une réactivité et une capacité d’innovation et de transformation sociétale particulières lors de la crise déclenchée par la pandémie de COVID-19 et dans la période post-confinement ? Comment cette capacité de résilience et d’innovation a-t-elle été perçue et reçue par les pouvoirs publics ? Quels sont les enjeux de l’engagement associatif au regard de la crise sanitaire, économique et sociale, et de la transition écologique ? Qu’est-ce que cette crise révèle des caractéristiques et des contributions du monde associatif à la société et à la démocratie ? Et en particulier, quelle est la dimension de l’intérêt général portée par les associations ? Comment rendre compte de la force politique des associations ?

À la lumière de la crise, l’appel à projets 2020 de l’Institut français du Monde associatif a pour objet d’interroger, dans le temps long :

  • le rôle du fait associatif pour la résilience et la transformation sociétale ;
  • sa place dans la prise en charge de l’intérêt général ;
  • les fragilités structurelles du monde associatif qui ont été mises à jour, accentuées ou dépassées ;
  • et, au-delà de ces fragilités, leur capacité de rebond dans ce contexte.

Les travaux apporteront, dans la mesure du possible, une réponse conjoncturelle à ces problématiques.

Date limite de dépôt des lettres d’intention via le site Web dédié : 5 novembre 2020.

Contact : ifma@fpul-lyon.org
En savoir plus : appel détaillé disponible sur le site Web dédié

Table ronde en ligne : « Enjeux et pratiques du numérique dans les institutions culturelles » (04/11/2020)

Dans le cadre des 33e Entretiens Jacques Cartier, l’université Lumière Lyon 2, l’ENS de Lyon, et l’université Jean Monnet de Saint-Étienne, en partenariat avec la Faculté des Arts de l’université d’Ottawa et Ingenium Canada, ont le plaisir de vous proposer une rencontre en visioconférence. Elle est co-organisée par notre collègue Jean-Philippe Magué.

Intitulé : Enjeux et pratiques du numérique dans les institutions culturelles : regards croisés

Elle se déroulera le mercredi 4 novembre 2020, en deux temps :

  • 15h-16h30 : La numérisation de collections et de corpus : pratiques, méthodes, enjeux ;
  • 16h30-18h : De la numérisation à la valorisation : usages et mutations.

Inscription gratuite mais nécessaire via le site du Centre Jacques Cartier (le lien d’accès sera communiqué ultérieurement).

Contact : Jean-Philippe Magué
En savoir plus : consulter le programme détaillé de la table ronde sur la page Web dédiée

Institut national du cancer : Appel à projets libres en SHS, épidémiologie et santé publique (date limite : 26/11/2020)

L’Institut national du cancer a lancé son appel à projets 2021.

Présentation partielle : cet appel à projets couvre tous les champs de la recherche en SHS, épidémiologie et santé publique appliquées aux cancers. Il est ouvert à tous les champs disciplinaires des SHS, de l’épidémiologie et de la santé publique, et au-delà, et souhaite favoriser les interactions entre disciplines. L’originalité et la pertinence des questions posées dans ces champs disciplinaires seront une des recommandations formulées au comité d’évaluation.

Les thématiques proposées à titre indicatif ci-dessous ciblent aussi bien la population générale, notamment dans le cadre de la prévention des cancers que les patients atteints de cancers et leur entourage, et cela quelle que soit la localisation :

  • Facteurs de risque de cancer : approche individuelle et globale des déterminants ;
  • Spécificités des différents territoires d’Outre-mer face au cancer ;
  • Soins palliatifs et prises en charge des fins de vie ;
  • Vécu des patients et de leurs proches ;
  • Modélisation des coûts de la prise en charge des patients atteints de cancer ;
  • Comorbidités et cancer ;
  • Dépistage ;
  • e-Santé.

La durée des projets est de 36 ou 48 mois.

Dates limites : la sélection des dossiers s’effectuera en deux étapes :

  • lettre d’intention : le 26 novembre 2020, à 16h00 ;
  • projet présélectionné : le 24 mars 2021, à 16h00.

Contact : Damien Tamisier, chef de projet recherche en sciences humaines et sociales
En savoir plus : consulter la page Web de l’appel

ANR TOUR 2021 : webinaires d’information et d’échanges

L’Agence nationale de la recherche (ANR) adapte cette année le format des rencontres de l’ANR Tour au contexte sanitaire et propose plusieurs webinaires de présentation de ses appels et plus particulièrement du Plan d’action 2021, notamment l’Appel à projets générique 2021.

Ces conférences en ligne sont également l’occasion pour les chercheurs, chercheuses et gestionnaires, d’échanger en direct avec les équipes de l’ANR.

Elles sont organisées tout au long du mois d’octobre et début novembre 2020.

Le programme et les liens d’inscription sont disponibles sur le site Web de l’ANR.

À noter : en parallèle, l’ENS de Lyon organise une réunion d’information le jeudi 5 novembre 2020, de 9h30 à 11h30, en salle D8-006 du site Buisson (19 allée de Fontenay – 69007 Lyon).

Inscription nécessaire auprès de : ingenierie.projets@ens-lyon.fr

En savoir plus : consulter la page Web dédiée

Région AURA : Appel à projets « Pack Ambition Recherche » 2021 (date limite : 08/12/2020)

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a pour objectif de soutenir le développement économique et industriel des territoires en renforçant la contribution des acteurs de la recherche publique à ce développement. Cette volonté est inscrite dans le nouveau Schéma régional de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation (SRESRI), adopté en 2017.

C’est pourquoi la Région lance pour la cinquième année consécutive l’appel à projets « Pack Ambition Recherche » destiné à soutenir des projets portés par des laboratoires de recherche et ayant un fort potentiel de valorisation socio-économique. Ce dispositif vise à :

  • promouvoir l’acquisition et le transfert de connaissances de la recherche académique vers les acteurs du monde socio-économique et culturel, pour accélérer l’émergence de nouveaux produits, services ou méthodologies ;
  • accompagner au mieux des projets en adéquation avec les besoins des entreprises et des territoires.

Critères d’éligibilité :

  • inscription dans au moins 1 des 8 Domaines d’excellence (DomEx) régionaux ;
  • partenariat avec un ou des acteur(s) du monde économique, social, sanitaire ou culturel (dont SATT et collectivités). Les partenaires devront ainsi faire la preuve de leur engagement de moyens (financier, RH, équipement, matériaux, …) dans le projet ;
  • ancrage dans la stratégie de l’établissement, en lien avec la politique du site (ComUE, Association d’établissements, IDEX/I-SITE) ;
  • niveau de maturité technologique bas, inférieur ou égal à 4 sur l’échelle des TRL.

Dossier de candidature en 2 étapes :

  • Appel à manifestation d’intérêt : AMI en 3 pages maximum hors page de garde et liste d’experts. Priorisation des projets en lien avec la communauté d’universités et d’établissements de Lyon (ComUE), l’Association d’établissements de Clermont, l’Université Grenoble Alpes et l’Université Savoie Mont Blanc ;
  • Dossier complet pour les projets présélectionnés. Évaluation par des experts extérieurs avant classement régional.

À noter : dans le cadre de la phase de présélection, l’Université de Lyon demande aux porteurs de projet du site Lyon Saint-Étienne de faire viser leur projet par leur direct.rice.eur d’unité, puis par le service recherche de leur établissement tutelle en amont du dépôt de projet sur la plateforme.

Date limite : le site de l’appel à projets sera ouvert jusqu’au mardi 8 décembre 2020, à 12h, date de clôture du dépôt des candidatures.

Contact : AAP-recherche@auvergnerhonealpes.fr
En savoir plus : consulter le site Web de l’appel

MSH LSE / Urfist de Lyon : Formation « Enquêtes enregistrées sur le terrain » (27/11/2020)

Dans le cadre du cycle « Publications et données (en) SHS sous l’angle de l’éthique et du droit », la MSH Lyon Saint-Étienne et l’Urfist de Lyon proposent une nouvelle formation ouverte à la communauté de recherche SHS.

Intitulé : Enquêtes enregistrées sur le terrain. Collecter, archiver et diffuser des données avec le droit et l’éthique comme alliés

Intervenante : Véronique Ginouvès, ingénieure de recherche CNRS, archiviste, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des Sciences de l’homme.

Présentation : l’objectif de cette intervention est de partager et d’appréhender, à partir de l’expérience de la phonothèque de la MMSH, la diversité des enjeux juridiques et éthiques que les chercheur.e.s de sciences humaines et sociales qui s’appuient sur les entretiens de terrain pour leurs publications, doivent affronter. Retour ligne automatique
Ces questions juridiques et éthiques se posent également aux archivistes ou aux professionnels de l’IST chargés de traiter, de communiquer et de valoriser ces données sonores et audiovisuelles issues de la recherche. Retour ligne automatique
La présentation prendra en compte des exemples issus du terrain des chercheur.e.s qui ont déposé leurs archives à la phonothèque de la MMSH, dans les cadres multiples de la recherche académique : individuelle, collective ou contractuelle (ANR et programmes européens).

Inscription obligatoire auprès de l’Urfist de Lyon, via la plateforme dédiée.

La formation se déroulera le vendredi 27 novembre 2020, de 14h à 17h, dans les locaux de la MSH LSE, dans l’enceinte de l’espace Marc Bloch (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Contact à la MSH LSE : alexandra.dugue@msh-lse.frRetour ligne automatique
En savoir plus : consulter la page Web de la formation

MSH LSE : Conférence : « Ethnographie et humanités numériques » (16/11/2020)

La MSH Lyon Saint-Étienne, dans le cadre de ses Déjeuners-conférences et du projet ETHNUM, organise une nouvelle conférence ouverte à tous les personnels des laboratoires associés.

Intitulé : Ethnographie et humanités numériques

Intervenants : Denis Cerclet, anthropologue (Lyon 2, EVS) et Spyros Franguiadakis, sociologue (Lyon 2, CMW).

Le projet ETHNUM repose sur l’analyse des trajets piétons en ville à l’aide d’un eye tracker. L’étude des modalités de la marche et de la négociation avec l’espace urbain à l’aide d’outils numériques permet d’accéder au corps en acte, à la première personne au sein d’espaces éminemment publics.

L’objectif de cette recherche est de contribuer à une meilleure connaissance des modalités du déplacement en ville (marche, négociation avec l’espace urbain), à la première personne, à Beyrouth et Lyon, et ainsi alimenter les politiques d’aménagement. Les aménagements urbains conditionnent-ils la vie quotidienne ? Est-ce que ce sont les pratiques qui font signifier ces aménagements ? Le recours aux techniques du numérique et à l’eye tracking (oculométrie) est aussi une manière de prendre part à la réflexion sur la modélisation des pratiques urbaines.

L’inscription est nécessaire avant le 15 novembre via le formulaire en ligne suivant, que ce soit pour assister à la conférence en présentiel comme en visioconférence (Rénavisio).

La conférence aura lieu le lundi 16 novembre 2020, de 12h30 à 13h15, dans l’enceinte de l’espace Marc Bloch de la MSH LSE (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Contact : communication@msh-lse.fr
En savoir plus : consulter la page Web dédiée sur le site de la MSH LSE

CNRS-InSHS : Campagne de soutien à la mobilité internationale 2021 (date limite : 03/11/2020)

La transcription automatique : un rêve enfin accessible ? : Analyse et comparaison d’outils pour les SHS. Nouvelle méthodologie et résultats (Elise Tancoigne, Jean-Philippe Corbellini, Gaëlle Deletraz, Laure Gayraud, Sandrine Ollinger et Daniel Valero)

Le recueil de la parole est au cœur des démarches de recherches qualitatives de nombreuses disciplines de sciences humaines et sociales. Depuis la démocratisation des outils d’enregistrement dans les années 80 et surtout 90, la pratique de la transcription de l’intégralité de la parole enregistrée est devenue quasiment la norme, mais elle demande beaucoup de temps et s’avère souvent fastidieuse et un peu décourageante. À l’heure de l’intégration de modules d’intelligence artificielle aux algorithmes de reconnaissance automatique de la parole, ces derniers progressent rapidement et le fantasme de pouvoir automatiser cette tâche longue et pénible semble se rapprocher, voire être déjà accessible. Ce rapport présente le résultat d’un travail de comparaison de 8 outils de transcription automatique (Go Transcribe, Happy Scribe, Headliner, Sonix, Video Indexer, Vocalmatic, Vocapia, You- Tube) effectué par des membres du réseau méthodologique CNRS MATE-SHS (dont Daniel Valero, ICAR).

Quatre extraits de fichiers audio de langue française ont servi de test, chacun avec ses spécificités propres : un texte lu, un cours magistral enregistré en situation, un entretien avec deux interlocuteurs, une réunion associative avec de nombreux locuteurs.

En savoir plus : rapport disponible en libre accès via HAL-SHS

 

Sīrat al-Malik al-Ẓāhir Baybars (texte arabe de la recension damascène, t.17, éd. Georges Bohas et Iyas Hassan)

Cet avant dernier volume qui renferme dix-sept chapitres en 449 pages s’ouvre avec le thème des doubles et substitutions qui revient avec le voyage de Baybars à Deux-Soleils-Deux-Lunes. Dans cette ville aux confins du monde, qui reproduit trait pour traite le Caire, Baybars découvre son double ainsi que ceux de ses hommes, qui vivent dans un palais identique au sien sur une terre on dirait l’Égypte, sous un ciel si familier.

En savoir plus : présentation complète disponible sur le site Web de l’éditeur

« Transitivité et intransitivité dans la grammaire de Bar Hebræus » (Georges Bohas, in « Histoire Epistémologie Langage », vol. 42, n°1, 2020)

Cette contribution aborde la façon dont Bar Hebræus a emprunté au grammairien arabe Zamaḫšarī la notion de transitivité et comment il l’a reformulée dans le cadre de sa grammaire du syriaque. Je procède en traduisant et commentant son texte et en comparant avec celui de Zamaḫšarī. Son chapitre s’organise en quatre sections : 1. Première section : à propos d’exemples de verbes intransitifs et transitifs ; 2. Deuxième section : des causes de la transitivité ; 3. Troisième section : à propos de l’échec des causes de la transitivité ; 4. Quatrième section : à propos des verbes qui sont à la fois transitifs et intransitifs. C’est dans ces deux dernières sections que se manifeste le mieux la différence entre les deux grammairiens ; et il apparaît que si Bar Hebræus a emprunté le concept de transitivité à Zamaḫšarī, il en a donné un traitement qui dépasse largement sa source.

En effet, la seule préoccupation du grammairien arabe est d’assurer que tous les compléments sont bien à l’accusatif et d’identifier les causes de la transitivité. N’ayant pas ce problème d’assignement de l’accusatif, Bar Hebræus discute non seulement de la transitivité (simple, double ou triple) et de ses causes (pour nous, FIV et FII) comme le fait Zamaḫšarī, mais en outre, il envisage aussi l’échec de ces causes : les cas où elles ne produisent pas la transitivité et les cas où elles produisent autre chose que de la transitivité, à savoir un sens nouveau étranger. Les mêmes échecs se produisent en arabe. Enfin Bar Hebræus étudie en détail les verbes labiles qui sont à la fois transitifs et intransitifs.

En savoir plus : article disponible en texte intégral sur le site Web de la revue

IFÉ : Journée d’étude « Enseigner et apprendre à distance : vers une mutation de la forme scolaire ? » (17/11/2020)

L’Institut français de l’éducation, en partenariat avec le réseau Canopé, organise une journée d’étude.

Intitulé : Enseigner et apprendre à distance : vers une mutation de la forme scolaire ? Des enjeux pour les métiers de l’éducation

Présentation : la nécessité d’assurer la continuité pédagogique et l’école à distance pendant le confinement a provoqué une reconfiguration rapide et très significative de l’activité professionnelle des enseignants ainsi que des différents professionnels en appui à l’enseignement. L’IFÉ-ENS de Lyon, qui travaille depuis longtemps sur les activités d’enseignement et de pilotage du système éducatif ainsi que sur les conditions de travail de ses acteurs, a mené une vaste enquête quantitative. 4286 réponses ont été recueillies parmi les enseignants de la maternelle à l’enseignement supérieur, les personnels de direction et d’inspection, les formateurs, les CPE et les personnels chargés de mission de coordination (Éducation prioritaire, SAPAD…).

Au-delà des premiers résultats exploratoires, cette journée d’étude permettra de comprendre les effets de court terme mais également de moyen-long terme de l’enseignement à distance mis en œuvre en contexte de confinement sur les activités de l’enseignement et de l’appui aux enseignants.

 

Inscription nécessaire via le la page Web suivante. Les inscriptions en présentiel sont réservées en priorité aux chercheur.e.s, personnels d’encadrement, format.rice.eur.s  et seront soumises à validation. Les inscriptions en participation à distance sont sans limite de places.

La journée se déroulera le mardi 17 novembre 2020, de 9h à 17h, dans les locaux de l’IFÉ, en salle des conférences (19 allée de Fontenay – 69007 Lyon).

Contact : manifestations.ife@ens-lyon.fr
En savoir plus : programme de la journée disponible sur la page Web dédiée