Séminaire 3MA – Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

Date : vendredi 21 septembre 2018

Dans le cadre du séminaire 3MA, nous aurons le plaisir d’accueillir Maud Ciekanski de l’Université de Lorraine en D4.179  le vendredi 21/09/2018 de 10h à 11h. Cette intervention est ouverte aux membres du laboratoire.

 Titre de la présentation : Autonomie et apprentissage des langues étrangères : perspective historique ou programmatique pour comprendre l’ALMT ?

En 1979, Holec publiait un écrit-manifeste qui invitait à repenser la formation en langues des adultes à la lumière des réflexions menées au sein du Conseil de l’Europe pour transformer la formation des adultes migrants (Trim 1976). Pour la première fois, un didacticien proposait de s’emparer de l’objectif d’émancipation au cœur de la pédagogie des années 70 et de redéfinir le rôle de l’apprenant et du formateur, en reconfigurant les leviers de l’apprentissage que sont la transmission et l’expérience. Nous présenterons la trajectoire du concept d’« apprentissage auto-dirigé » dans le champ de la didactique des langues, la façon dont il a émergé, fait école (notamment au CRAPEL) et a été reçu par la communauté scientifique, ainsi que la façon dont le concept s’est transformé au fil des années et a façonné la compréhension de ce qu’est apprendre une langue notamment. À la lumière du « paradigme de l’autonomie » (Albero 2000), nous discuterons des notions d’immersion, d’interaction et de médiation centrales aujourd’hui au champ de l’ALMT. Nous reviendrons sur le rôle fondamental joué par le discours de l’apprenant et du formateur comme médiation pour l’autonomisation des apprenants et questionnerons la place d’une perspective discursive et dialogique pour analyser un champ de recherche (l’ALMT) fortement investi par les interactionnistes.

Maud Ciekanski est enseignante-chercheure à l’Université de Lorraine, au sein du laboratoire ATILF. Après avoir effectué sa thèse au CRAPEL, elle a collaboré notamment au  projet FORSE à Lyon 2, à l’ANR MULCE à l’Université de Franche-Comté et aux travaux de l’équipe de recherche EXPERICE à l’Université Paris 8. Ses recherches concernent en particulier l’apprentissage des langues en situations informelles, appuyées ou non par le numérique, et les médiations formatives et langagières propres à ces situations.