Prochaine séance du séminaire LanDES (21/02/2020)

La quatrième séance du séminaire 2019-2020 du sous-axe LanDES : Langue Discours Énonciation Sémiotique aura pour invité Hugues Constantin de Chanay (ICAR). 

Intitulé de l’intervention : Que fait la modalité ? Étude d’un extrait du débat d’entre-deux-tours de la présidentielle française 2017 

Résumé en pièce jointe.

La séance se déroulera le vendredi 21 février 2020, à partir de 14h30, en salle D4.179, dans les locaux d’ICAR.

Contact : Nathalie Rossi-Gensane

Huitième séance du séminaire ADATIC (26/02/2020)

La huitième séance de l’édition 2019-2020 du séminaire ADATIC : Apprentissage, Didactique, Autonomie, Technologie de l’Information et de Communication accueillera deux invités : 

  • Badara Diallo, doctorant en Information et Communication (Lyon 2, ICAR : axe InSitu. Direction :  Mohamed Hassoun), sur le thème :

Falsifiabilité documentaire et identitaire en environnement numérique : transgressions et recours

Le numérique a profondément bouleversé les comportements et a entraîné des changements radicaux sur les plans culturel et sociologique. Il modifie également nos rapports aux objets. À ce titre, le passage du papier au numérique pose des problèmes d’authenticité et de validité des documents, mais aussi de l’identité numérique. Or, si la fiabilité documentaire[1] et identitaire[2] est difficile à établir en environnement numérique, le réseau social numérique communautaire[3] peut en revanche constituer un milieu capable de restaurer la confiance altérée par les mauvaises dans le Web. Cette recherche a pour objectif de montrer qu’une approche anthropologique des transactions des réseaux sociaux communautaires numériques et l’analyse des phénomènes de la falsifiabilité des documents et de l’identité numérique peuvent apporter des éléments de régulation face à la multiplication des formes de transgressions documentaires en environnement numérique. À terme, elle devrait permettre :

  • d’authentifier et de valider les documents numériques et de l’identité numérique à travers un réseau social communautaire numérique dans le but de lutter contre la falsification.
  • de revitaliser le lien social, en s’appuyant sur une analyse de la nature des pratiques numériques participatives et productives dans le but d’apporter des éléments de régulation qui permettront de limiter les fraudes.
  • de redonner confiance aux réseaux sociaux communautaires numériques dans les transactions et dans les processus de médiation sociale.

1 – Streiff, Hervé. Vos documents sont-ils falsifiables dans le « far web » ?  [en ligne]. 2013, Disponible sur http://www.lesechos.fr/idees-debats/cercle/cercle-83226-vos-documents-sont-ils-falsifiables-dans-le-far-web-1003541.php?rysWf2V0AurV56uW.99 (consulté le 07/09/2017).

2 –   Merzeau, Louise. Présence numérique : les médiations de l’identité [en ligne]. in : Les enjeux de l’information et de la communication. Grenoble: éd. GRESEC. Vol. 1. 2009, p79-91, Disponible sur : www.cairn.info/revue-les-enjeux-de-l-information-et-de-la-communication-2009-1-page-79.htm (consulté le 20/05/2017).

3– Zacklad, Manuel. Genres de dispositifs de médiation numérique et régimes de documentalité, in La notion de genre de documents des organisations. Pour une approche et pratique. Sous la dir. de Louise Gagnon-Arguin, Dominique Maurel et Sabine Mas, Montréal : PUQ.

 

  • Tolga Tekin, doctorant en Sciences de l’éducation et de la formation (Lyon 2, laboratoire ECP. Direction : Stéphane Simonian), sur le thème :

L’affordance de Twitter par les enseignants : étude du réseau d’apprentissage personnel

Cette recherche étudie l’affordance de Twitter dans la perspective de la théorie socioculturelle, la cognition distribuée et la cognition située. Plus précisément, l’objectif est d’analyser le réseau personnel des enseignants (de l’école primaire au lycée) construit par l’intermédiation de Twitter qui constitue un moyen d’acquérir de nouvelles connaissances et d’améliorer les compétences professionnelles. Selon la théorie socioculturelle de Vygotsky, l’environnement social a un rôle essentiel pour faciliter le développement et l’apprentissage. Par ailleurs, la théorie de la cognition distribuée exige de penser l’interaction entre les mécanismes sociaux et artificiels. Quant à la cognition située, c’est l’étude de la manière dont la connaissance humaine se développe comme un moyen de coordonner l’activité depuis l’intérieur de l’activité elle-même. Pour traiter notre sujet, nous analysons les relations sociales et les activités (leur nature, les niveaux de participation et les processus mis en œuvre) que font les enseignants dans le réseau. L’analyse des niveaux de participation s’appuie sur le modèle de Lave & Wenger (1991) et l’analyse des processus, sur celui de Daele (2004).

Cette communication sera donc l’occasion d’évoquer l’importance du réseau social Twitter afin d’améliorer le développement professionnel.

 

La séance est organisée mercredi 26 février 2020, de 17h00 à 20h, en salle Ennat Léger de la MSH LSE (14 avenue Berthelot – 69007 Lyon).

Contact : Jean-Claude Régnier

Séminaire « Plurilinguisme et médiations didactiques » : V. Castellotti (12/03/2020)

La prochaine séance du séminaire d’ICAR Plurilinguisme et médiations didactiques aura pour invitée Véronique Castellotti (professeure émérite à l’université de Tours).

Intitulé de l’intervention : Prendre l’altérité au sérieux : pour une didactique de l’appropriation

La recherche en didactique des langues, dans la période récente, s’est développée à partir d’une forme de doxa communicativo-actionnelle, dont l’argumentation reste peu étayée. Après un retour sur les caractéristiques et les conséquences de ce choix, quelques pistes seront proposées pour réfléchir la question de l’appropriation à partir d’une autre conception des langues-langages-discours, articulée à une autre orientation de la rencontre alterlinguistique et alterculturelle.

La séance se déroulera jeudi 12 mars 2020, de 13h à 14h30, en salle D4-179 des locaux d’ICAR.

Contact : Martine Marquilló Larruy

Deuxième séance du séminaire MILAFI (10/03/2020)

La deuxième séance du séminaire MILAFI (Migrations et Langues : Accueil, Formation, Insertions) aura pour invitée Aurélie Mariscalchi, doctorante en didactique des langues au laboratoire Lidilem (Laboratoire de linguistique et didactique des langues étrangères et maternelles, Université Grenoble Alpes).

Intitulé de l’intervention : Multimodalité et enseignement du FLE : présentation critique de l’approche Silent Way

Le Silent Way est une approche pour l’enseignement des langues étrangères créée dans les années 60 par Caleb Gattegno, mathématicien et pédagogue. Rangée dans les approches dites « non conventionnelles » en didactique des langues (CUQ et GRUCA, 2005 ; ASDIFLE, 2008), le Silent Way se veut néanmoins innovant grâce à son caractère hautement multimodal. En effet, aidé par un matériel propre à l’approche, l’enseignant a recours principalement aux gestes pour enseigner les éléments de la langue et se doit de parler le moins possible. Les objectifs de cette posture sont multiples :

  • placer les apprenants au centre de l’enseignement-apprentissage de la langue ;
  • impliquer les apprenants dans l’apprentissage de la langue en réinvestissant le rôle de la kinesthésie dans les apprentissages ;
  • favoriser la rétention des éléments de la langue grâce à la multimodalité.

En s’appuyant sur mon mémoire de Master 2 et mon étude doctorale en cours, je m’attacherai dans un premier temps à situer l’approche dans son contexte historique et social afin de mieux comprendre les principes qui sous-tendent la pensée Caleb Gattegno (Gattegno, 1976 ; 1984). Dans un second temps, j’alternerai entre théorie, pratique et temps d’échange afin de développer une pensée critique vis-à-vis de l’approche (présentation des outils, pratiques d’enseignement). Enfin, je réfléchirai de façon plus générale aux apports d’une approche comme le Silent Way pour l’enseignement-apprentissage du français langue étrangère.

L’inscription à la séance est obligatoire via le formulaire en ligne suivant (places limitées à 40, merci de ne vous inscrire que si vous êtes sûr.e de venir).

La séance se déroulera le mardi 10 mars 2020, de 13h à 15h, dans les locaux de l’université Lyon 2, campus Berges du Rhône, bâtiment Bélénos, en salle B207  (18 quai Claude Bernard – 69007 Lyon).

Contact : Véronique Rivière
En savoir plus : consulter le site Web dédié